Flash info

  Sècheresse:  L'ensemble du  département du Var  mis en situation de vigilance par arrêté préfectoral- Renseignez-vous auprès de votre Mairie

Agriculture et forêts

L'agriculture & la forêt occupent et mettent en valeur une part importante du territoire de la Communauté d'Agglomération. Elles constituent des secteurs économiques importants, notamment avec la filière viticole, l'élevage, le développement de la sylviculture et des filières agricoles locales en circuit court.

Ces activités structurent l'espace : elles participent à l'activité économique, jouent  un rôle en matière de paysages, elles évitent l'étalement urbain et contribuent aux équilibres nécessaires à un développement harmonieux et durable, notamment en matière de protection des massifs contre l'incendie.

Une problématique foncière et de pérennité des activités

Un important travail de diagnostic a été réalisé ces dernières années avec la chambre d'agriculture du Var. Ainsi, divers renseignements ressortent :

  • Compte tenu de l'évolution économique agricole de ces dernières années, de la situation géographique de la région, de la pression foncière due notamment à la proximité d'agglomérations, il est constaté un développement des friches agricoles, notamment sur Brignoles,
  • L'étalement urbain continu de "grappiller" du foncier agricole,
  • A ce titre, il y a une forte concurrence entre exploitants agricoles pour l'acquisition de foncier, alourdit par une problématique de rétention / spéculation foncière,
  • Une problématique de transmission pour les agriculteurs de plus de 55 ans est clairement identifiée... tandis que les jeunes agriculteurs (hors cadre familial) ont du mal à s'installer !

La Provence Verte a le souci de maintenir et de conforter l'agriculture et la forêt sur son territoire et de protéger son environnement et ses paysages ruraux.

La protection foncière et le développement de filières agricoles locales en circuit court comme priorités

Ce travail a permis de définir une stratégie à développer sur ces espaces reposant sur :

  • Une animation foncière renforcée visant à limiter la pression foncière et à favoriser la restructuration de l'espace productif agricole (CIF - CAR),
  • Délimiter clairement et sur le long terme la limite de l'enveloppe urbaine et l'espace rural voué à un développement de l'activité agricole par la mise en place d'un outil de protection foncière de type ZAP,
  • Favoriser la reprise des exploitations en place pour maintenir le dynamisme socio-économique de la zone,
  • La mise en place d'un dispositif d'accompagnement des exploitants de plus de 55 ans dans leur projet de transmission de leur exploitation.

La gestion des espaces naturels forestiers

Une attention particulière est portée  à la gestion des espaces naturels et forestiers situés sur son territoire. Et pour cause : 60% du territoire de l'agglomération est fait de forêts !

Le diagnostic de la forêt privée (sur le Comté de Provence) a été réalisé en 2012. Dans cet espace forestier, 21 400 ha sont privés. Lors de l'élaboration du diagnostic, une analyse fine des peuplements forestiers a été réalisée.

Les essences majoritaires sur ce territoire sont le chêne pubescent et le chêne vert utilisables en bois bûche ainsi que le pin d'Alep. Les résineux tels que le Pin d'Alep sont actuellement très recherchés afin d'approvisionner la demande en bois énergisable (centrales biomasse, comme INOVA ainsi que les chaufferies locales).

Des secteurs où un manque de gestion est visible ont été identifiés. Cette sous-exploitation s'explique par différents facteurs : le manque d'information des propriétaires, le morcellement du foncier, des accès au massif souvent compliqués (habitat diffus, desserte insuffisante, etc...).

Il est important de maintenir une animation de la forêt privée sur ce territoire du fait de la forte demande en bois qui va en s'accroissant. L'animation a pour but de mobiliser la forêt privée sur les besoins de gestion des massifs forestiers. L'exploitation forestière doit certes répondre aux besoins de l'industrie du bois, mais doit pour cela respecter les lois en vigueur et veiller à une gestion durable de la forêt.

En 2016, une déclinaison partenariale des actions

Afin de mener à bien sa politique,l'EPCI s'est appuyé sur ses partenaires institutionnels par l'intermédiaire de conventions.

En conséquence, la collectivité a organisé sa politique territoriale à travers la mise en place d'actions avec ses partenaires.

 

Acteurs et missions de la politique agricole et forestière communautaire

L'instance de suivi et de validation de la politique agricole communautaire est la commission Agriculture & forêt. Elle s'est réunie plusieurs fois par an. Elle examine l'avancement des travaux lancés avec nos différents partenaires. Elle instruit notamment les dossiers d'aides à l'installation aux jeunes agriculteurs à travers la prise en compte des frais de notaires et d'arpentage (CAR).

Portrait d'une jeune agricultrice Brignolaise

agriculture portrait.PNG

Agriculture raisonnée

Julie Brun a laissé définitivement derrière elle la vie de bureau et ses contraintes pour se consacrer pleinement à l’agriculture début 2016, après une année de formation  pour obtenir son brevet professionnel agricole. Elle a repris l’exploitation familiale d’un hectare et demi située en bordure de l’agglomération brignolaise, entre la départementale et la zone des Consacs.

Il y a deux ans, elle et son père ont saisi l’opportunité de livrer les cantines scolaires et notamment les deux collèges publics de l’agglomération, Jean Moulin et Paul Cézanne, ainsi que celui de Rocbaron. « C’est très motivant pour moi de cultiver mes légumes entre autres pour garnir les assiettes des collégiens car ça leur permet de goûter à des fruits et légumes locaux qui ont du goût » explique la jeune exploitante.

Engagée  dans une démarche d’agriculture raisonnée elle propose des primeurs de saison toutes les semaines de septembre à juin, aux responsables de l’approvisionnement des deux établissements.

« En  fonction  des menus qu’ils ont élaborés en amont, je fournis ce que mon potager donne à ce moment-là, et nous adaptons ensemble les menus si besoin » ajoute Julie Brun.

Ce challenge, qu’elle relève avec brio depuis deux ans, permet en outre de conserver les terres agricoles sur le territoire à l’image de la politique communautaire défendue par de la Provence Verte.

Si l’agricultrice écoule également sa production via d’autres canaux (vente à la ferme et marché paysan), le débouché des cantines scolaires est un complément idéal, car pérenne et stable. Du côté des établissements, ce partenariat permet de privilégier les circuits courts et ainsi de proposer aux élèves des fruits et légumes les plus frais possibles, avec seulement quelques centaines de mètres, du champ à l’assiette.